Artistiquement en construction (soyez indulgents !)

Publié le par www.lassaut.fr

Quel est ton peintre (ou la période dans la peinture) que tu préfères ? Voilà une question qu’on pose parfois. Et que ma belle-mère en particulier m’a posé déjà plusieurs (dizaines de ?) fois ! Car, elle, elle aime les impressionnistes et cette fameuse question est un de ses préambules les plus communs. Je sais ce que, elle, elle va me répondre mais, moi, je ne sais que dire. En effet, je n’ai pas un peintre ou une peinture préférée. Je me suis intéressée depuis aussi longtemps que je me souvienne à l’art et, entre autres, aux peintures, sculptures etc. Et je ne sais pas si c’est un défaut de goût (et qu’il me faudra encore quelques années avant de l’assurer) ou bien au contraire si c’est parce que j’ai trop laissé trainer mon nez dans les livres mais, en tous les cas, devant un tableau, j’enfile plutôt ma blouse d’ »analyste » (d’autant plus que je fais du dessin maintenant !!!) que de véritable amateur d’art. Disons que je regarde le tableau plus avec mon cerveau qu’avec mon âme : je le vois en considération du peintre, de l’époque, des connaissances que j’ai acquise sur les courants artistiques de l’époque, les techniques utilisées, les innovations ou les caractéristique de l’œuvre par rapport aux autres etc. C’est curieux, non ? Par exemple, les peintures de Frida Kahlo sont …, comment dire ?, on n’aurait pas envie de les avoir chez soi, quoi ! Seulement, j’ai lu il y a des années sa biographie par Hayden Herrera (que j’ai trouvé géniale et que j’ai lu en deux temps trois mouvements), eh bien depuis, je reconnais tout de suite un tableau de Frida Kahlo (le livre était extrêmement bien fait et compté nombre de reproductions de ces peintures) et je sais les apprécier. De même, grâce à ce livre, je me suis intéressée à Diego Rivera (ce mari qui l’a trompé sans cesse (dont avec sa propre sœur !!!) mais qu’elle a aimé si follement tout au long de sa vie !), le plus grand peintre mexicain et à tout ce qui rapporte (notamment le Mexique de la première moitié du XXème).

 

Bref, j’ai bien sûr des préférences mais j’ai l’impression d’avoir si peu de sensibilités par rapport à d’autres ! Par exemple, je me rappelle qu’avec des amis italiens, je suis allée au Musée des Beaux-arts de Dublin ou dieu sait comment il s’appelle ! Ils voulaient à tout prix s’y rendre car il y avait des œuvres du Caravage (dont, à l’époque (je venais juste d’avoir mon bac !) je n’avais jamais entendu parler). Je les ai vu tous les deux contempler cette œuvre (car il s’agissait d’un seul tableau) et avec une émotion ! Alors peut-être que c’était le pays qui leur manquait, je ne sais pas mais ses yeux passionnés m’ont vraiment marqués ! [Du coup, quelques mois ou années plus tard, je ne sais pas, je me suis intéressée au Caravage mais je ne sais si ce qui rend si puissante son œuvre m’aurait autant touché si je n’avais pas vu ce couple d’italiens ébahis devant ce tableau à Dublin …].

 

Je ne souhaite pas faire une thérapie sur ce blog (même si ça y ressemble …) mais, en lisant à propos de Proust et sur ses propres réflexions sur l’art tout au long de sa vie, je finis évidemment par, moi aussi, r&fléchir à ce qu’est l’art pour moi. J’ai mené aussi ma réflexion quant aux autres arts (musique, architecture, cinéma …). Mais, justement, par rapport à ceux-là, je sais que j’ai mes véritables avis et « préférences », même si je suis sûre d’être influencée, et parfois même très influencée par ce que j’en sais ! Par exemple, en terme de littérature, rien que cette année (pour le plaisir, je me suis inscrite en première année de Lettres modernes), j’ai lu des dizaines de livres qui ne m’ont pas tous plu en soi mais, comme je les ai « étudié », et dont je connaissais l’importance dans la littérature ou la qualité de leur auteur, même si, par moi-même, je ne les aurais peut-être jamais lu, je les ai fort apprécié.

 

D’accord, je sens que ce billet sur les arts ne va pas vraiment être en ma faveur … Peut-être allez-vous me prendre pour une folle ou une intellectuelle au cœur froid …  Et j’espère que vous aurez tord ! D’autant que vous aurez compris, je pense, que tout de même, y compris dans la peinture, il y a des œuvres d’art qui ont fait vibrer mon cœur et que des frissons m’ont parfois parcouru … Et puis, pour ne pas voir les choses du mauvais côté, je préfère penser que, certes, je n’ai peut-être pas de goût arrêté pour telle ou telle œuvre, ou quant à tel ou tel courant artistique mais qu’au contraire, je m’intéresse à tout ce qui se présente. Sans tout « aimer » au sens propre du terme, n’est-ce pas ? Je n’ai pas aucun goût, n’est-ce pas ? Mais je peux apprécier. Enfin, j’espère …

 

Car, rien ne m’énerve plus d’être, par exemple, devant une peinture de maître (car, moi aussi, il m’arrive de trouver une peinture moche. Par exemple, je trouve d’un mauvais goût extrême certaines peintures du style celles peintes avec trois coups de pinceaux à la chaîne aux abords des sites touristiques et qui parfois se retrouvent dans des espèces de petites galeries où se retrouvent des dizaines de croutes qui donnent plus envie de partir en courant que de les accrocher chez soi, même dans les toilettes !!!!) et d’entendre « Ah, c’est moche ! ». Quand c’est une très jeune personne, je peux éventuellement trouver ça plus drôle qu’autre chose mais quand il s’agit d’une personne plus âgée, ça m’agace ! Qu’est-ce que ça veut dire, ça ? C’est d’un ridicule qui m’exaspère. On peut être interloqué par la violence d’une peinture ou par la disharmonie des motifs ou couleurs ou par l’ennui à la regarder … Mais si c’est une toile qui a parcouru les années ou les siècles et qui est passée de musées en musées, ou collections, qui se retrouve illustrée dans les livres, pris en exemple par les étudiants en art … on ne peut pas la juger « moche » ou alors prendre partie en son nom propre et ne pas donner de jugements généraux si bêtes ! En effet, si c’est une peinture remarquable, elle pourra nous déplaire esthétiquement si nos critères esthétiques ne lui correspondent pas mais l’on pourra quand même apprécier les techniques, le style, le sujet, le respect ou non des « règles » de l’école ou de la tendance de peinture auxquelles l’œuvre est rattachée …

 

[ Désolée, je me rends bien compte de ce ton péremptoire. Ne prenez pas ces remarques pour une leçon de ma part, je ne fais que donner mon avis de manière certes très maladroite (j’ai encore du boulot pour trouver ma façon de m’exprimer et de construire une véritable analyse critique !). Mon but à l’origine était seulement de parler de ma propre approche des arts !]

Publié dans Mini-philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article